Le dessin est pour moi un plaisir mais aussi véritable outil de recherche. Après un certain temps de réflexion sur mon travail, j’ai pu remarquer ma tendance à questionner de manière sous-jacente l’interprétation du spectateur. Je donne à voir une direction possible mais jamais de manière explicite. C’est ce doute induit dans l’esprit de celui qui regarde qui m’intéresse, comme un espace libre d’interprétation laissé au spectateur. Mon travail se construit comme une succession d’indices que je compose dans l’objectif d’une fiction implicite. Ces indices deviennent de la matière donnée à l’imaginaire dont je ne contrôle plus le devenir ni l’interprétation.

Espaces Intermédiaires 

2018_ Amorcé en 2ème année DNA mention Design d'Espace, ENSBA Lyon, mon travail se poursuit 

Je tend à révéler de manière fragmentaire les espaces intermédiaires, en marge, les entres-deux, auxquels on ne prête pas forcément attention. Je décale les points de vues en instaurant par la composition et le cadrage, une tension au sein du visuel de sorte à provoquer le questionnement du spectateur sur le sens de ces associations.

L'intérieur et l'extérieur sont souvent en confrontation, si bien qu'on oscille entre l’intimité presque suffocante d’un intérieur et l’appel d’un dehors.

D'après les œuvres de Bob Wilson, Dan Graham et le film "Trainspotting" de Danny Boyle

Je tend à accorder au corps une présence d'autant plus importante, qu’il soit entier, morcelé ou fantomatique. C'est pour cela que j'ai engagé une travail vidéo dans lequel je me suis personnellement impliquée en engageant mon corps. Le mouvement devient outil de recherche. Je suis en effet partie de postures et gestes ancrés dans mon quotidien, si bien qu’on ne les remarque pas instantanément. En les détournant, les saccadant, les répétant inlassablement, ces Bugs Corporels rendent visible des réalités sous-jacentes et propices à la fiction : obstacles, angoisses retenues, impatience etc.