à l'approche

EXTRAS! NUITS SONORES 2020, LYON

 

 

TEASER

Mai 2020 _  3ème année DNA mention Design d'Espace, ENSBA Lyon, événement suspendu suite au COVID-19

Réalisé dans le cadre des Extras! Nuits Sonores 2020, À l’approche est un projet inspiré du contexte d'ancrage de l'évènement: La Factatory. Située au cœur du quartier de La Mouche, elle est marquée par la proximité de la gare de Lyon Jean Macé et de la friche ferroviaire avoisinante.

À l'amorce de ce projet, je décide donc d'enregistrer dans le réel et collecter dans le cinéma diverses données visuelles et sonores propres à la gare et aux trains.

L’association de ces bruits « parasites » donne lieu à une partition sonore intrigante révélant l’invisible et donnant à entendre la rumeur de cette présence ferroviaire. L’objectif est de convier le visiteur à un voyage sonore et mental, à travers une scénographie suggérant la gare par des fragments d’espaces et de sons. Il se trouve transposé, au-delà de la gare dont il connaît l'existence proche, dans un autre univers, déconcertant et sujet à la fiction. Les visiteurs, voyageurs malgré eux, sont invités à apprécier cet entre-deux espaces-temps que représente le voyage, sans se soucier du départ ou de l'arrivée.

Plan 50e

Cette expérience sera orchestrée selon trois espaces significatifs : les rails, les quais et l’intérieur du wagon, et trois personnages propres à chaque espace. Ils ont tous leurs spécificités et gestes propres.

Le Contrôleur est au contact des voyageurs, il les guide, les tient au courant de l'évolution du voyage par diverses annonces sonores. Sur le quai il use de gestes correspondants à des actions particulière (coup de sifflet, fermeture/ouverture des portes, départ du train etc) de sorte à recevoir, autant qu'indiquer au conducteur et aux autres contrôleurs les mesures à prendre. La Mouche, en référence aux lunettes de protection que portaient les anciens conducteurs de locomotive à vapeur, incarne le conducteur du train. Isolé dans sa cabine il est imperturbable et concentre toute son énergie à la bonne conduite de son train. Il sort fréquemment sa tête de la cabine pour contrôler l'horizon et s'assurer qu'aucuns obstacles ne se présentent. Le Secoué incarne le voyageur soumis aux secousses du voyage, il se tient à la barre, chavire, regarde par la fenêtre du wagon, penche à droite, à gauche, il attend que voyage se fasse.

Le public assiste à la performance depuis un praticable: surélevé d’une vingtaine de cm pour pouvoir y accueillir des enceintes de sorte à appréhender le son différemment (donner l’impression de secousses etc). Guidé par les contrôleurs au début, le public sera ensuite libre de se déplacer le long du quai à sa guise.

Fiche Technique

FICHE TECHNIQUE EN VUE DE LA RÉALISATION

À l'approcheMathilde Coudière Kayadjanian
00:00 / 08:08

Le travail sonore permet une profondeur spatiale par la suggestion d'un lointain et d'un proche. La récurrence de certains sons permet de rythmer la performance, sa dramaturgie en donnant des repères aux danseurs. J'ai progressivement inséré diverses déformations sonores de sorte à aboutir à un dérèglement absurde des actions mises en place. Tous les espaces finissent par fusionner en une incohérence des sons avec les gestes et actions des personnages, ne se limitant plus aux surfaces auxquels ils étaient assignés.

PERFORMANCE CONFINÉE 

Suspendue suite au Covid-19, la performance se déploie aujourd'hui sous forme numérique. À suivre...